Download Freewww.bigtheme.net/joomla Joomla Templates Responsive

Les éditeurs

André Blavier / Le Don d'Ubuquité

5,00 € l'unité Out of stock

+

L'auteur se défend bien de vouloir jouer sur les mots. Mais on joue bien à la bourse, à la marelle et au trictrac, à papa-maman et du serre-croupière. On joue de malchance et du violoncelle. On joue aux cartes et aux échecs. On joue la fille de l'air, l'air du Trou vert, les parents martyrs, la Marseillaise et à voleur volé. On s'embrasse sur la bouche pour finir par
coucher... en joue... Alors, jouer avec les mots, pourquoi pas ?

André Blavier.

Blavier

Alain Delaunois & Jean-Pierre Verheggen, André Blavier, le don d'ubuquité, Didier Devillez éditeur, 1997.

Né en 1922, à Verviers (Hodimont), par un hasard qu'il accepte sans passion, et donc Wallon, ce dont il s'accommode le mieux du monde, André Blavier ne doit d'avoir survécu au dégoût de la vie qu'à sa passion pour les mots. Et pour Queneau qui lui en a révélé le bon usage à la lumière de la vérité " patafoulipienne ". Un moyen pour ce sédentaire invétéré de jouer avec la planète tout en s'acquittant d'une " carrière plane " de bibliothécaire dans sa ville natale, ce qui est aussi parfaitement en harmonie avec sa passion du livre qu'avec l'éthique faustrollienne du conformisme alimentaire et néanmoins hautain. Ainsi, poussé dans le dos, à 23 ans, par cette admiration convulsive pour l'auteur des Exercices de style (qui fera de lui le légataire de ses documents et écrits posthumes), Blavier devient le fou des mots à qui l'on devra d'ailleurs Les Fous littéraires, une célébration (largement reconnue au-delà de nos frontières) de ceux pour qui l'écriture est un prurit congénital. Prurit que rien n'apaise et dont la qualité se vérifie dans une force de contagion éminemment sournoise (et aussi différente du carriérisme ou de la gloire qu'un pansement d'un drapeau).

Ghislain Cotton, Le vif / L'express, 31 octobre 1997.

Votre panier

Le panier est vide

Connexion

S'inscrire à notre newsletter

nos nouveautés, nos événements, restons-en contact !